Spire (Speyer), ville historique au port de plaisance flambant neuf

Le départ de Leimersheim (KM 373) fut beaucoup moins chaotique que l’arrivée (voir l’article précédent) et la navigation de la journée plutôt courte puisque le port de plaisance de Speyer est au KM 401. Soit 2 petites heures de navigation.

Un port de plaisance flambant neuf et bien pensé

Dorabella au port de Speyer

Dorabella au port de Speyer. Le niveau du Rhin est bas en cet été 2015. La rampe d’accès est d’autant plus raide à monter!

A Speyer, le port de plaisance n’est qu’à quelques pas de la ville historique. Il a été pensé en tant que partie intégrante du cadre de vie avec de beaux immeubles de qualité qui l’entourent (avec de belles terrasses donnant sur le port). Ici on a compris que les bateaux de plaisance sont un élément essentiel à la vie du fleuve et à l’animation du cadre de vie, y compris pour tous ceux qui ne naviguent pas.

Port de plaisance de Speyer sur fond de cathédrale

Le port de plaisance de Speyer est à deux pas du centre-ville historique. Les tours de l’imposante cathédrale romane surgissent derrière les bâtiments résidentiels aux larges baies vitrées et spacieuses terrasses qui bordent le port.

La navigation est aussi ancienne que la civilisation. La navigation de plaisance n’est pas une lubie pour gens qui ont de l’argent à jeter par la fenêtre mais une façon de passer ses loisirs à la mode nomade. La résidence secondaire est passée dans les mœurs depuis longtemps. Un bateau n’est pas autre chose qu’une résidence secondaire capable de se déplacer et de s’installer dans un environnement toujours différent. Une sorte de camping-car qui glisse au fil de l’eau. Pourtant, bien des camping-cars modernes sont beaucoup plus chers que nombre de bateaux de plaisance. Passe-t-on son temps à regarder manœuvrer les camping-cars? Non. Par contre, les évolutions des bateaux sur l’eau ont toujours fasciné petits et grands.

Un tout nouveau bâtiment multi-fonctions: restaurant gastronomique, capitainerie et sanitaires pour le port.

Lorsque nous arrivons à Speyer, le tout nouveau bâtiment sur le port qui abrite un restaurant gastronomique, la capitainerie et les sanitaires, est ouvert depuis 15 jours seulement. « Gastronomique » n’est pas un vain mot. Nous y avons déjeûné et nous nous sommes régalés d’une cuisine fine et savoureuse qui n’a rien à envier aux meilleurs restaurants français. Ceux qui sont des adeptes du guide Michelin rouge savent que le nombre de belles tables a explosé en Allemagne, où il est possible depuis quelques années de faire de très belles découvertes.

Accès aux nouvelles installations sanitaires du port de Speyer

Accès aux nouvelles installations sanitaires du port de Speyer. Sur la droite le lecteur de code-barres qui vérifie que c’est bien un usager dûment enregistré qui veut pénétrer dans les lieux.

Quant aux installations hi-tech du port, bien des marinas françaises beaucoup plus chères seraient avisées de s’en inspirer. Mis à part la permanence à la capitainerie (joignable sur téléphone portable en dehors des heures de présence), tout le reste est automatisé et permet de limiter les coûts tout en offrant une prestation souple de bon niveau.


A son arrivée, chaque bateau reçoit par téléphone (ou à la borne d’information au ponton d’arrivée) un code pour sortir du ponton d’amarrage et se rendre au bâtiment principal. Plus exactement, la première étape consiste à se rendre à la caisse automatique du parking qui gère également les places de port. On y renseigne la taille de son bateau et son emplacement, le nombre de nuits et de personnes, etc. On paie la somme affichée et la machine délivre un reçu avec un code-barres valable pour le temps choisi. L’accès aux sanitaires et aux pontons depuis l’extérieur est contrôlé par la lecture optique du code-barres. Plus de clé à obtenir et à restituer… Le port est sous vidéo-surveillance. Sale temps pour les resquilleurs qu’on rencontre de temps en temps, qui profitent des installations des ports et partent à la cloche de bois au petit matin sans payer.

Speyer, ville d’histoire

Speyer ville d'histoire

Speyer ville d’histoire… Au petit matin, en allant chercher le pain frais…

Speyer (Spire en français) compte aujourd’hui environ 50 000 habitants. C’est une ancienne ville impériale, dont l’imposante cathédrale romane est l’un des monuments majeurs de l’art du Saint-Empire romain germanique. Pendant 3 siècles elle a été le lieu de sépulture de huit rois et empereurs allemands. Au XVe siècle, Speyer est un centre important de fabrication du drap. Elle devient aussi un centre pour l’imprimerie. En 1689, lors des guerres de succession du Palatinat, la cathédrale et la ville sont presque totalement incendiées par Ezéchiel de Mélac et les troupes françaises de Louis XIV. Dix ans après, les habitants sont autorisés à se réinstaller dans la ville détruite. Tous les bâtiments historiques sont construits lors de cette période, à partir de 1700, comme la mairie, l’église de la Trinité, la maison des marchands sur la place de l’ancien marché et de nombreuses maisons bourgeoises. C’est de cette époque que date l’aspect actuel de la ville historique de Speyer.

Gourmandise à la terrasse d'un glacier sur la grand-place de Speyer

Gourmandise à la terrasse d’un glacier (ils sont plusieurs) sur la grand-place de Speyer. La cathédrale romane à l’arrière-plan. Le bâtiment en partie masqué par la crème glacée est l’ancienne mairie.

Larguez vos amarres !

Speyer n’est quà 100 kilomètres environ de Strasbourg par le Rhin. Pourtant, nous n’avons pas rencontré beaucoup de pavillons français en chemin. Juste un ou deux en fait. C’est bien dommage. C’est une belle destination de sortie au départ de l’Alsace, surtout pour les nombreux bateaux fortement motorisés que nous avons vus sommeiller dans les ports plus en amont et qui sont parfaitement adaptés à la remontée du Rhin à contre-courant pour retourner à leur port d’attache. Les autres, comme nous, carresseront le Rhin dans le sens du poil en faisant une superbe boucle dans le sens inverse des aiguilles d’une montre: Rhin avalant jusqu’à Coblence, puis retour montant par la Moselle, la Sarre (des rivières canalisées et à faible courant bordées de paysages magnifiques) et le canal de la Sarre.