For sale – Linssen Classic Sturdy 400 AC

For sale beautiful LINSSEN Classic Sturdy 400 AC.
Excellent condition. Beautiful and rare amenities…

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Its robust construction by a shipyard of great reputation and its hull design make it a boat perfectly at home everywhere: at sea (category C) or on inland waters. Its stability makes it a particularly pleasant boat.

Early 2016, thanks to the wintering in the Netherlands at Jonkers Yachts, Linssen station renowned for the quality of its work, a complete check of the boat and many maintenance work have been done so that the boat is fine ready for new and long adventures.

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC in the historic port of Enkhuizen in the Netherlands. 

A high class boat that will give you exceptional moments …

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

The Classic Sturdy line was one of Linssen’s big hits. So much so that after having built other boats with more contemporary lines, the shipyard came out with a New Classic Sturdy line. This unit has a beautiful interior with classic wood cabinetry and high quality that will welcome you for warm moments …

Kitchen and desk …

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

The aft cabin and its outbuildings …

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

The forward cabin and its outbuildings …

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

On the deck …

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

In the engine block …

We notice, around the engine Volvo 145 CV, the new propeller shaft and its new gland system, the generator, the batteries, the converter and the charger. The big orange cylinder is the water heater in its insulation.

Dorabella-cale-moteur-2836Dorabella-cale-moteur-2835Dorabella-cale-moteur-2833Dorabella-cale-moteur-2832Dorabella-cale-moteur-2831

The + of this particular boat …

Dorabella was built in 1998 for an experienced British navigator who asked for special features that are not found on units of the same type built at the same time. Which makes it a beautiful and exceptional boat. Make a point-by-point comparison with other opportunities elsewhere that look similar at first glance.

  • Engine cooled by « keel cooling » system. No need to constantly clean the filters clogged with grasses.
  • Vetus bow thrusters (2) revised in 2016.
  • No dinette in the bottom of the boat. The meals are taken in the square or on the deck, taking advantage of the landscape! The kitchen area is very large with a desk / chart table and plenty of storage space.
  • Onan generator 6.3 KW, washing machine and compactor for a perfect autonomy and great trips.
  • Blackwater tank cleaned, new drain pump (2016)
  • Kitchen: 2 new fridges (2014 and 2015) + a freezer (usable in fridge). Ceramic hob, combined oven (oven and microwave). Large workspace.
  • Desk / chart table
  • Interior driving station with cabinet / seat housing the freezer / fridge / bar and illuminated glass cupboard.
  • Master aft cabin: 2 large independent beds with plenty of storage space.
  • Shower room with new marine toilet (2016) and shower.
  • Large dressing room with safe.
  • Front cabin: 2 V-berths, cupboards and wardrobe. Washing machine and compactor.
  • Shower room with electric toilet and shower.
  • All portholes and hatches equipped with mosquito nets.

Exterior

Dorabella-exterieur-2825

  • Electric windlass with anchor and chain
  • Retractable mast by remote controlled hydraulic system from the flybridge.
  • Teak decks refurbished in 2016
  • Large storage boxes integrated into the superstructure of the boat and locked. The teak closures serve as back seats. Custom seat cushions.
  • Bimini closed on the cockpit of the flybridge.
  • Awning on the bridge.
  • Teak bathing beach with shower.
  • Bridge pump.
  • Davits
  • Semi-rigid tender and outboard with new Mercury motor 6 hp
Pont arrière Dorabella

Pont arrière en teck avec banquettes et caissons de rangement fixes fermés par cadenas et recouverts de coussins amovibles.

Latest maintenance work

The boat is in a remarkable state, both mechanical and fittings. No work needed.
All interviews were made by Linssen or Linssen Authorized Station, verifiable on invoice.
Boat pulled out of the water every year and wintering under frost-free hangar with anti-fouling redone every year.
Boat completely overhauled by the Linssen shipyard in 2013 and then in 2016.

April 2013

  • As a precaution, all engine gaskets (cylinder head, cooling), injectors, temperature probes, alternator, etc. were changed in 2013 during a major inspection and overhaul in the Linssen workshop in Maasbracht for the purchase of the boat.
    Exhaust line redone.

Spring 2014

  • Mastervolt charger and new batteries. Engine maintenance. Anti-fouling and new anodes. Fridge 1 new.

March 2015

  • Engine maintenance. Anti-fouling and new anodes. Fridge 2 new.

April 2016 

  • New propeller shaft with new Volvo chuck system (no more need to add grease before each navigation, no water in the hold). Refurbished propeller.
  • Major engine maintenance (664 h since refurbishment in 2013, approximately 3800 total hours).
  • Revision of the generator (362 total hours) and cooling circuit by keel cooling. Change of impellers.
  • Upgrading the Webasto heating system, checking and new room thermostat.
  • Change of the sewage pump of the black water tank.
  • Refurbishment of teak decks, polishage of all the boat.
  • Anti-fouling new.
  • General check-up

Summary of the main characteristics of the boat

Dorabella dans l'une des marinas de Monnickendam

Dorabella dans l’une des marinas de Monnickendam au nord d’Amsterdam fin mai 2016

Year of construction : 1998 in the Netherlands by LINSSEN Ship yard- Hull number 2114
French registration certificate 17 July 2012 – LYE 74828
Length : 12,40 m – Width : 4,05 m – Draught 1,35 m
Hull : high quality steel according to the requirements of Linssen – Weight : 15 tons
Engine : VOLVO 145 CV diesel. Hours approx 3800.
Fuel capacity 980 l – Soft water 400 l

All work done verifiable on invoices. Engine and equipment documentation, electrical diagram and instructions for use on board all equipment.

Price : EUR 165000

Boat winterized dry under hangar.
Available from May 2019.

Contact : Jean-Paul Krebs, (ich spreche auch Deutsch – I am speaking English)
Mobile +33 6 08 03 37 52
Contact form:

A Vendre – For sale – zu verkaufen Linssen Classic Sturdy 400 AC

A vendre magnifique LINSSEN Classic Sturdy 400 AC.
Etat et aménagements superbes et rares…

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Sa construction robuste par un chantier naval de très grande réputation et son dessin de coque en font un bateau parfaitement à l’aise partout: mer, rivière et bien entendu canaux. Sa stabilité et la précision de ses gouvernes en font un bateau particulièrement agréable.

Début 2016, à la faveur de l’hivernage aux Pays-Bas chez Jonkers Yachts, station Linssen réputée pour la qualité de son travail, une vérification complète du bateau et de nombreux travaux d’entretien ont été réalisés de sorte que le bateau est fin prêt pour de nouvelles et longues aventures.

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC dans le port historique de Enkhuizen aux Pays-Bas. May 2016.

Its robust construction and hull design by LINSSEN, a shipyard with great reputation make it a boat perfectly comfortable everywhere: sea, river and channels of course. The stability and accuracy of its rudders make it a particularly pleasant boat.
Early 2016, thanks to the winterizing in the Netherlands at Jonkers Yachts (a Linssen dealer known for the quality of his work), a full audit of the ship and many maintenance work was carried out so that the boat is ready for new adventures and long cruises.

Un bateau de grande classe qui vous réservera des moments exceptionnels…

Voici le carré.

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

La ligne des Classic Sturdy a été l’un des grands succès de Linssen. A tel point qu’après avoir construit d’autres bateaux aux lignes plus contemporaines, le chantier naval a ressorti une ligne New Classic Sturdy. Cette unité dispose d’un bel intérieur avec ébénisterie classique en bois et de haute qualité qui vous accueillera pour de chaleureux moments…

La cuisine et le bureau…

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

La cabine arrière et ses dépendances…

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

La cabine avant et ses dépendances… Cliquez pour agrandir et faire défiler les images…

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella Linssen Classic Sturdy 400 AC

Sur le pont…

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dorabella, Linssen Classic Sturdy 400 AC

Dans la cale moteur…

On remarque, autour du moteur Volvo 145 CV, l’arbre d’hélice neuf et son nouveau système de presse-étoupe, le générateur, les batteries, le convertisseur et le chargeur. Le gros cylindre orange est le chauffe-eau dans son isolation.

Dorabella-cale-moteur-2836Dorabella-cale-moteur-2835Dorabella-cale-moteur-2833Dorabella-cale-moteur-2832Dorabella-cale-moteur-2831

Les PLUS de ce bateau en particulier

Dorabella a été construit en 1998 pour un navigateur britannique expérimenté qui a demandé des aménagements particuliers que l’on ne retrouve pas sur les unités de même type construites à la même époque. Ce qui en fait un bateau magnifique et exceptionnel. Faites une comparaison point par point avec d’autres occasions proposées ailleurs et qui, de prime abord, ont l’air similaire.

  • Moteur refroidi par système de « keel cooling ». Pas besoin de nettoyer sans cesse les filtres encrassés par les herbes.
  • Propulseurs (2) d’étrave Vetus révisés en 2016.
  • Pas de dinette dans le fond du bateau. Les repas se prennent dans le carré ou sur le pont, en profitant du paysage! L’espace cuisine est ainsi très vaste avec un bureau / table à cartes et de nombreux espaces de rangement.
  • Générateur Onan 6,3 KW, machine à laver et compacteur de déchets pour une parfaite autonomie et de grands voyages.
  • Cuve d’eaux noires nettoyée, pompe de vidange neuve (2016)
  • Cuisine : 2 frigos neufs (2014 et 2015) + un congélateur (utilisable en frigo). Plaque vitrocéramique, four combiné (four et micro-ondes). Grand espace de travail.
  • Bureau / table à cartes
  • Poste de conduite intérieur avec meuble / siège abritant le congélateur / frigo / bar et placard à verre éclairé.
  • Master cabine arrière : 2 grands lits indépendants avec nombreux rangements.
  • Salle d’eau avec wc marin neuf (2016) et douche.
  • Vaste dressing avec coffre sécurisé.
  • Cabine avant : 2 couchettes en V, placards et penderie. Machine à laver et compacteur.
  • Salle d’eau avec wc électrique et douche.
  • Tous hublots et écoutilles équipés de moustiquaires.

Extérieur

Dorabella-exterieur-2825

  • Guindeau électrique avec ancre et chaîne
  • Mât escamotable par système hydraulique télécommandé depuis le fly.
  • Ponts en teck remis à neuf en 2016
  • Grand coffres de rangement intégrés à la superstructure du bateau et fermés à clé. Les fermetures en teck font office de banquettes arrières. Coussins d’assise sur mesure.
  • Bimini fermé sur le poste de pilotage du fly.
  • Taud sur le pont.
  • Plage de bain en teck avec douche.
  • Pompe de pont.
  • Bossoirs (davits)
  • Annexe semi-rigide et moteur hors-bord 6 cv
Pont arrière Dorabella

Pont arrière en teck avec banquettes et caissons de rangement fixes fermés par cadenas et recouverts de coussins amovibles.

Derniers travaux de maintenance

Le bateau est dans un état remarquable, tant mécanique qu’au niveau des agencements. Pas de travaux à prévoir.
Tous les entretiens ont été faits par Linssen ou station agréée Linssen, vérifiables sur facture.
Bateau sorti de l’eau tous les ans et hivernages sous hangar hors gel avec anti-fouling refait tous les ans.
Bateau entièrement révisé par le chantier Linssen en 2013 puis en 2016.

Avril 2013

  • A titre préventif, tous les joints moteur (culasse, refroidissement), injecteurs, sondes de température, alternateur, etc. ont été changés en 2013 lors d’une inspection et révision majeure dans l’atelier Linssen à Maasbracht à l’occasion de l’achat du bateau.
    Ligne d’échappement refaite à neuf.

Printemps 2014

  • Chargeur Mastervolt et batteries neufs. Entretien moteur. Anti-fouling et anodes neufs. Frigo 1 neuf.

Mars 2015

  • Entretien moteur. Anti-fouling et anodes neufs. Frigo 2 neuf.

Avril 2016 

  • Arbre d’hélice neuf avec nouveau système de presse-étouppe de Volvo (plus besoin de rajouter de la graisse avant chaque navigation, pas d’eau dans la cale). Hélice remise à neuf.
  • Entretien majeur du moteur (664 h depuis remise à neuf en 2013, environ 3800 h totales).
  • Révision du générateur (362 h totales) et du circuit de refroidissement par keel cooling. Changement des impellers.
  • Remise à niveau du système de chauffage Webasto, vérification et nouveau thermostat d’ambiance.
  • Changement de la pompe de vidange de la cuve d’eaux noires.
  • Remise à neuf des ponts en teck, polishage de tout le bateau.
  • Anti-fouling neuf.
  • Check-up général

Résumé des principales caractéristiques du bateau

Dorabella dans l'une des marinas de Monnickendam

Dorabella dans l’une des marinas de Monnickendam au nord d’Amsterdam fin mai 2016

Année de construction : 1998 aux Pays-Bas par les chantiers LINSSEN – Numéro 2114
Carte de Circulation française en date du 17 Juillet 2012 – LYE 74828
Longueur : 12,40 m – Largeur : 4,05 m – Tirant d’eau 1,35 m
Coque : Acier selon les standards très élevés de Linssen – Poids : 15 tonnes
Motorisation : VOLVO 145 CV diesel. Environ 3800 h. Dernier service moteur printemps 2016.
Capacité gasoil 980 l – Capacité eau douce 400 l

Tous travaux effectués vérifiables sur factures. Documentation moteur et équipements, schéma électrique et modes d’emploi à bord pour tous les équipements.

Prix – EUR 165 000

Bateau hiverné à sec sous hangar.
Disponible à partir de mai 2018.

Contact : Jean-Paul Krebs, (ich spreche auch Deutsch – I am speaking English)
Mobile +33 6 08 03 37 52
Email :

Lorelei, Lorelei… Dans les gorges du Rhin romantique.

Dorabella sur le Rhin romantique

Dorabella sur le Rhin romantique

Aujourd’hui est le grand jour. L’étape tant attendue, le Rhin romantique par excellence, le défilé de la Lorelei qui retentit du chant de la nymphe, les gorges du fleuve gardées par les châteaux-forts comme autant de sentinelles surgies des siècles passés…

Un parcours sinueux aux rives escarpées gardées par de mystérieux châteaux-forts

Nous quittons le port de plaisance Rüdesheim au KM 525 pour Coblence au KM 591 où nous avons réservé une place à la Rhein-Marina Kaiser Wilhelm. Soit 66 kilomètres sur le papier et 3 heures et demie de navigation si le GPS affiche ses 11 nœuds habituels (dont environ 3,5 nœuds de courant favorable).

3 kilomètres après le départ, le chenal qui était dédoublé par une île à hauteur de Rüdesheim redevient unique à Bingen. La petite rivière Nahe fameuse pour ses vins se jette dans le Rhin un peu avant le célèbre Mäuseturm.

Le Rhin à hauteur de Bingen. A gauche on distingue la fine silhouette du célèbre Mäuseturm.

Le Rhin à hauteur de Bingen. A gauche on distingue la fine silhouette du célèbre Mäuseturm.

Selon la légende, la tour aurait été construite par l’archevêque de Mayence, Hatto II au Xe siècle. En ces temps de famine, cet homme sans pitié aurait refusé son aide aux pauvres alors que ses réserves étaient pleines de grains. Tandis que les pauvres continuaient de mendier, il les aurait enfermés dans une grange que ses sbires auraient incendiée. Au bruit des cris des mourants, il aurait déclaré: « Entendez vous couiner les souris là-dessous? »

C’est à ce moment que des milliers de rats seraient sortis de toutes parts. Leur nombre aurait fait fuir les domestiques de l’archevêque, lequel se serait enfui en barque, descendant le Rhin jusqu’à l’île en face de Bingen où il se serait cru en sécurité. Mais les rats auraient réussi à le suivre pour finir par le dévorer vivant.

Le Rhin entre dans un parcours aux berges escarpées couvertes de vignes et de châteaux

Le Rhin entre dans un parcours aux berges escarpées couvertes de vignes et de châteaux. Ici le château de Ehrenstein sur la rive droite, face à Bingen.

La fureur des rats et le châtiment qui s’en suivit se ressent encore aujourd’hui quand on passe là en bateau: les remous désordonnés et violents qui agitent l’eau du Rhin à cet endroit en témoignent. Le parcours devient sinueux et les rives de plus en plus escarpées. La largeur du fleuve se réduit, augmentant du même coup la vitesse du courant (ceux qui n’ont pas été trop près du radiateur pendant les cours de physique savent qu’il s’agit de l’effet de Venturi).

Notre ami Bob est à la barre. Cela me permet d’ouvrir l’œil (et le bon) sur le traffic soutenu des barges et des convois de commerces tout en appréciant un paysage fabuleux.

Barge de commerce… D'impressionnant convois circulent sur le Rhin romantique…

Barge de commerce… D’impressionnant convois circulent sur le Rhin romantique…

Une heure environ après le départ, au KM 546 nous passons le château de Pfalzgrafenstein sur l’île de Falkenau près de Kaub. Le château tout comme le site sont spectaculaires. Le donjon, en forme de tour pentagonale (Par contre, le rempart est hexagonal), a été érigé en 1327 par le roi de Bavière.

Château de Pfalzgrafenstein près de Kaub.

Le château de Pfalzgrafenstein près de Kaub. A l’arrière plan, le château-fort de Gutenfels.
Le château de Pfalzgrafenstein avait la fonction de poste de péage, car il était utilisé de concert avec le château Gutenfels et la ville fortifiée de Kaub, sur la rive droite du fleuve. Une chaîne à travers le fleuve contraignait les navires à se présenter, et les commerçants récalcitrants pouvaient être emprisonnés dans le cachot, jusqu’à ce qu’une rançon soit versée.

Heureusement, au moment où nous arrivons, la chaîne n’est pas tendue et nous avons pu échapper au cachot 🙂

Le Rhin près de Kaub avec les châteaux de Pfalzgrafenstein (sur une île, au milieu du fleuve) et de Gutenfels.

Le Rhin près de Kaub avec les châteaux de Pfalzgrafenstein (sur une île, au milieu du fleuve) et de Gutenfels.

Il faut aussi regarder derrière soi !

Il faut aussi regarder derrière soi !

Paquebot romantique sur le Rhin romantique…

Paquebot romantique sur le Rhin romantique… Passage tribord sur tribord.

La Lorelei entre fascination et appréhension…

Dorabella à l'approche du défilé de la Lorelei.

Dorabella à l’approche du défilé et du rocher de la Lorelei.

«Les sommets sont couleur de miel aux rayons du soleil couchant. Là-haut assise est la plus belle des jeunes filles, une merveille… Et l’étrange chant qu’elle chante est une mélodie puissante. Le batelier sur son esquif est saisi de vives douleurs, il ne regarde pas le récif…» L’avertissement lancé par le poète Heinrich Heine il y a près de 200 ans (1824) résonne toujours entre les falaises. Certes, à l’époque, la navigation sur le Rhin était à ses balbutiements. La première liaison commerciale en bateau à vapeur entre Mayence et Cologne n’a été instituée qu’en 1827. Le bateau s’appelait le Concordia. Le 11 septembre de la même année, le Concordia se cogna aux rochers du Binger Loch. Dès lors, on décida de faire exploser les rochers en question pour élargir le chenal à 60 mètres, soit près de 10 fois plus qu’avant ! Du même coup, le courant a été considérablement réduit.

Convoi montant à l'assaut de la Lorelei, à hauteur de St-Goar.

Convoi montant à l’assaut de la Lorelei, à hauteur de St-Goar.

Le défilé de la Lorelei nous attend au KM 554, surplombé par une haute roche. Là, le fleuve se réduit fortement en même temps qu’il se faufile presque à angle droit entre les falaises. Les grands convois ne peuvent pas s’y croiser. Mais seuls les montants peuvent attendre à hauteur de St Goar en équilibrant leur vitesse avec celle du courant. Le passage est surveillé par radar. De notre côté, nous étions bien intégrés dans le traffic commercial, avec suffisamment de distance entre les bateaux. Aucun problème donc.

St. Goarshausen et Burg Katz. Nous avons passé la Lorelei en résistant au chant de la sirène!

St. Goarshausen et Burg Katz. Nous avons passé la Lorelei en résistant au chant de la sirène!

Au cours des deux dernières heures de navigation, ce fut une succession de paysages superbes et de châteaux. Dommage que le ciel se soit couvert. Bonjour Coblence. Nous avons une belle étape et un beau souvenir au fond des yeux…

L'amiral Happy est fatigué mais content.

Que d’émotions ! L’amiral Happy est fatigué mais content: tout s’est bien passé.

En route pour le Rhin romantique…

Nous quittons le Eicher See à regrets. C’est promis, il faudra y revenir et prendre un peu de temps pour explorer le lac avec l’annexe, histoire de goûter un peu mieux à ce petit paradis secret. Encore une fois, on ne rencontre quasiment pas de pavillon français par ici alors que l’Alsace est à moins de 200 kilomètres de navigation. Quel dommage ! Ceux qui ne rêvent que de mettre le cap au sud ne savent pas ce qu’ils ratent !

Porte-conteneurs Empire

En sortant du Eicher See nous laissons passer devant nous (euh, pouvait-on se permettre de griller la priorité à ce monstre de 190 mètres ?) un énorme porte conteneurs néerlandais. L’Empire, c’est son nom, est basé à Dordrecht près de Rotterdam. C’est un bateau de 110 mètres qui pousse une barge de 80 mètres. Il sera notre poisson pilote pendant toute la journée.

Les eaux du lac sont un miroir sur lequel nous glissons vers le fleuve. Les équipiers sont postés à la proue pour guetter le trafic sur le fleuve. Nous voici donc de retour sur le Rhin, le plus long fleuve se déversant dans la mer du Nord et l’une des voies navigables les plus fréquentées du monde. Aujourd’hui nous commençons au KM 466. La destination est au KM 425, en rive droite. Nous avons réservé par téléphone une place au port de plaisance de Rüdesheim. En sortant du Eicher See nous laissons passer devant nous (euh, pouvait-on se permettre de griller la priorité à ce monstre de 190 mètres ?) un énorme porte conteneurs néerlandais. Cela évoque des souvenirs de nos navigations aux Pays-Bas au printemps 2013. L’Empire, c’est son nom, est basé à Dordrecht près de Rotterdam. C’est un bateau de 110 mètres qui pousse une barge de 80 mètres. Il sera notre poisson pilote pendant toute la journée. Nous ne le quitterons que pour prendre le chenal menant à Rüdesheim.

En passant par Mayence (Mainz)…

chateau de Biebrich à Wiesbaden

Le château de Biebrich (en allemand: Schloss Biebrich) est une résidence baroque dans le quartier de Biebrich à Wiesbaden, sur la rive droite du Rhin, en face de Mayence.

Une petite heure après le départ, à hauteur de Nierstein, les grands vignobles du Rhin changent le paysage. Le soleil risque une apparition timide. Les vignes formeront notre décor jusqu’à la fin de la journée, avec une petite interruption pour la traversée de l’agglomération de Mayence (Mainz).

port industriel de Mayence

Le port industriel de Mayence. Ici le transport fluvial a toute son importance.

La traversée de Mayence donne l’impression d’une ville opulente. Située sur la rive gauche du Rhin, Mayence est la première ville d’Allemagne pour le commerce du vin. Juste en face se situe l’embouchure du Main qui mène à Francfort.

Mayence

Mayence, sur la rive gauche du Rhin, au KM 500. Nous suivons toujours l’Empire qui nous ouvre la route.

C’est du Main que nous voyons surgir un bateau de passagers qui fonce à toute vapeur en zigzaguant entre les bateaux de frêt et les plaisanciers qui se trouvent sur son chemin. C’est un bateau bus qui dessert de nombreuses haltes. Il y a intérêt à deviner où il va s’arrêter pour repartir de plus belle à l’assaut du fleuve. Un cow-boy, un faux-zorro je vous dis, le roi de la queue de poisson !

Bateau-bus sur le Rhin aux environs de Mayence

Bateau-bus sur le Rhin aux environs de Mayence. Gare au comportement sans foi ni loi de ces navires. Le fleuve est à eux !

… et les vignobles, sur la route de Rüdesheim

Mayence-Hesse-rhénane fait partie du Réseau des Capitales de Grands Vignobles « Great Wine Capitals » avec les autres huit villes membres du réseau : Bilbao-Rioja, Bordeaux-Vignoble de Bordeaux, Le Cap, Florence-Toscane, Melbourne, Mendoza-Vignoble de Mendoza, Porto et San Francisco-Napa Valley. Le gratin quoi… Au fil des kilomètres le long du fleuve, on comprend pourquoi. La dernière heure de navigation de cette journée offre un beau spectacle. Partout des vignobles soignés et de riches demeures…

Lorsque nous arrivons, le port de plaisance de Rüdesheim est encombré de bateaux de dimensions respectables. Au bout du chenal, le capitaine, du haut de la péniche du club, nous fait signe d’approcher mais je n’ai pas trop envie de jouer des pare-battages pour aller me faufiler dans ce qui peut devenir un traquenard si le vent est violent quand il faudra repartir. Au passage, des plaisanciers nous font signe et nous montrent un emplacement libre avec suffisamment de place pour manœuvrer. C’est vendu, on y va ! Tant pis pour l’amiral Happy qui devra marcher un peu plus pour se rendre à terre…

Le port de plaisance de RüdesheimLe port de plaisance de Rüdesheim

Le port de plaisance de Rüdesheim

Rüdesheim, escale obligée des paquebots de croisière…

Rüdesheim am Rhein

Une belle soirée s’annonce. Nous décidons de marcher à travers les vergers pour rejoindre le village de Rüdesheim. Un joli chemin, une piste cyclable en fait, y mène. Il faut marcher un kilomètre et demi pour atteindre le cœur du village, là où sont amarrés tous les paquebots-hôtels. Toute croisière sur le Rhin romantique fait escale à Rüdesheim ! Et quand il n’y a plus de ponton libre, les paquebots se mettent à couple. C’est dire qu’il y a du monde !

Rüdesheim, escale obligée de tous les paquebots fluviaux

Rüdesheim, escale obligée de tous les paquebots fluviaux

En nous faufilant à travers une foule bigarrée nous nous dirigeons vers la Drosselgasse qui nous a été vantée comme la plus célèbre rue viticole du monde. Bon, pour être franc, étant habitués aux rues historiques des villages alsaciens comme Riquewihr ou Ribeaullé, nous n’avons pas été impressionnés, mais vraiment pas. L’endroit est charmant, entièrement consacré à la consommation du vin par tavernes interposées (je n’ose pas utiliser le terme « dégustation »), mais d’un point de vue architectural, il y a beaucoup mieux en Allemagne. Tout est organisé pour le tourisme de masse généré par les paquebots. Business is business. D’autres pourraient en faire autant en France, à condition d’avoir l’esprit d’entreprise qui va avec.

En fait, l’intérêt de Rüdesheim est ailleurs: un télésiège (il y en a beaucoup en Allemagne) permet de se rendre au sommet des vignobles pour admirer le Rhin dans son écrin doré. Ensuite, on redescend par un autre télésiège vers un village voisin, on traverse le Rhin pour visiter la ville de Bingen avant de revenir par le ferry à passagers à Rüdesheim. Une belle journée de balade… Et surtout, Rüdesheim est la porte d’entrée du mystérieux et redouté Rhin romantique et de ses gorges défendues par la Lorelei. A suivre…

Escale au Eicher See

Nos amis américains, Silvia et Bob nous ont rejoints à Speyer. Plus on est de fous, plus on rit dit-on.

Avec Bob et Silvia

Retrouvailles avec Bob et Silvia…

C’est vrai aussi sur un bateau à condition que l’équipage s’entende bien, ce qui est le cas. Sinon, l’amiral Happy veille à mettre rapidement tout le monde d’accord. Oui, le petit loup de rivière a pris du galon. La valeur n’attend pas le nombre des années dit-on, surtout quand on sait se débrouiller pour mettre tout le monde dans sa poche!

Le capitaine Happy nouvellement promu Amiral

Le capitaine Happy, nouvellement promu Amiral, porte sa tenue blanche d’apparat et un regard sévère.

A vos ordres Amiral !

Happy est-elle le premier amiral féminin de notre flotte de plaisance (euh, juste un bateau et son annexe). Toujours vêtue de son uniforme de parade blanc — Bon, c’est vrai, parfois c’est un blanc qui tire sur le gris mais l’intéressée saura souligner qu’elle ne fait alors pas l’objet de tous les soins dûs à son rang — Happy arpente le pont. Il y a intérêt à ce que tout soit bien rangé et à sa place car une inspection inopinée est toujours possible. Contrairement au capitaine et aux matelots qui triment à la manœuvre et à l’entretien du navire, l’amiral est prompt à l’aboiement si le déroulement de la manœuvre ne lui convient pas, s’il n’est pas associé immédiatement aux réjouissances de bord, si le moindre chien non galonné se hasarde sur un ponton ou passe dans son champ visuel sans avoir salué!

Inspection surprise de l'amiral Happy

Une inspection surprise de l’amiral Happy est possible à tout moment. Les cabines doivent être bien rangées!

Plusieurs fois par jour, l’amiral inspecte le port ou le ponton d’escale de la mi-journée, ses équipements et les environs. Les critères pris en considération pour évaluer sa satisfaction sont divers et variés, souvent incompréhensibles par le petit personnel de bord. La largeur et la stabilité des pontons et catways, le matériau utilisé sont jugés… Ainsi, les pontons faits de grilles métalliques sur lesquelles l’amiral ne peut pas poser ses augustes pattes sans se faire mal écopent d’emblée d’une excellente note: l’amiral demande alors à ce que le sous-fiffre qui lui sert d’escorte le soulève et le porte dans ses bras! La propreté des pontons est aussi notée. Alors que le simple matelot aurait tendance à prier les canards d’aller poser leurs fientes ailleurs, l’amiral ferait plutôt preuve d’une indulgence complice avec ces volatiles flottants le jour et terrestres la nuit. C’est avec un plaisir non dissimulé que notre officier supérieur tente de vérifier la qualité du camouflage (dissimulation colorée et olfactive) que pourraient procurer les échantillons trouvés sur le ponton en allant inspecter la qualité du pain préparé par le boulanger local…

La jolie pelouse du club nautique

L’Amiral Happy inspecte la jolie pelouse du club nautique de Gernsheim, au Eicher See.

La qualité de l’environnement est également jugée, notamment le soin apporté à la tonte de l’herbe et mieux encore, des pelouses. Une herbe haute dans laquelle il faut se frayer un chemin avec le museau est moyennement appréciée. De plus, il faut sauter, donc se fatiguer bêtement, pour avancer vers l’inconnu. La note obtenue sera très moyenne. Par contre, une herbe — et mieux encore, le fin du fin, une pelouse! — drue et fraîchement tondue obtiendra souvent, après examen approfondi, une note élevée. Le test de qualité consiste à se rouler dans l’herbe, faire des tonneaux et des roulé-boulés puis à courir à toute vitesse en décrivant des huits. La densité de l’herbe et la qualité de la coupe doivent permettre une course confortable et précise. Une légère coloration verte des pattes et de l’uniforme est une preuve de la fraîcheur de la tonte de l’herbe.

Eicher See, petit paradis caché…

Escale au Eicher See

Escale au Eicher See (KM 466 rive gauche du Rhin), à l’un des pontons du club nautique de Gernsheim. Un bien bel endroit que nous vous recommandons sans hésitation.

Aujourd’hui, l’amiral a été comblé. La canicule s’est calmée et les nuages ont jeté une ombre bienfaitrice sur le Rhin. L’amiral et son équipage, en route de Speyer vers le nord au fil du Rhin, n’ont pas souffert de la chaleur. Les 65 kilomètres du jour, (sans aucune écluse, faut-il le rappeler ?) ont été couverts en a peine plus de 3 heures de navigation paisible.

L’escale du jour se situe au Eicher See, une immense gravière, un vrai lac (aux eaux limpides) devenu résidence de loisirs pour de nombreux propriétaires de cabanes et autres résidences secondaires qui se sont installées au fil des décennies sur les rives de ce lac artificiel. Plusieurs clubs nautiques y ont installé pontons et club-houses.

J’avais pris un contact téléphonique avec le responsable du Motor und Segelbootclub Gernsheim qui m’avait assuré que nous pourrions nous amarrer chez eux pour la nuit. Nous devions toutefois être vigilants pour nous rendre à terre car la tempête du printemps avait endommagé certains pontons. Les neufs seraient mis en place d’ici quelques semaines. Si la canicule a bien pris son jour de repos aujourd’hui, le vent, prévenu de notre arrivée, s’est levé. En signe de respect probablement. De grand respect même, vu l’énergie déployée par ce vent! Il a toutefois eu le bon goût de souffler de face au moment de l’accostage, rendant l’opération très simple.

Eicher See

A notre arrivée au Eicher See, probablement en signe de respect, le vent s’est levé…

L’amiral a immédiatement demandé à inspecter les lieux: un grand ponton fait d’une grille dont l’accès a la rive a effectivement été très malmené par la tempête. Il faut faire attention où on met les pieds. L’amiral, dans les bras de l’un de ses subordonnés, est ravi. Parvenu à terre en sécurité Happy est déposée sur un tapis d’herbe drue, fraîchement tondue et agrémentée de fleurs. Si le soleil n’avait pas pris sa journée, l’endroit eût été magique. Un air de cabane au Canada…

Coucher de soleil sur le Eicher See

Coucher de soleil sur le Eicher See

Le club-house est ouvert. Les sanitaires aussi. Tout est d’une propreté impeccable et en libre service. Un équipage membre du club passe par là. C’est l’occasion de prendre une bière ensemble. A l’heure convenue, le livreur de pizzas nous apporte notre commande. Le jour décline et le soleil vient nous faire une belle révérence au moment de se coucher. Une très belle journée, vraiment.

 

Spire (Speyer), ville historique au port de plaisance flambant neuf

Le départ de Leimersheim (KM 373) fut beaucoup moins chaotique que l’arrivée (voir l’article précédent) et la navigation de la journée plutôt courte puisque le port de plaisance de Speyer est au KM 401. Soit 2 petites heures de navigation.

Un port de plaisance flambant neuf et bien pensé

Dorabella au port de Speyer

Dorabella au port de Speyer. Le niveau du Rhin est bas en cet été 2015. La rampe d’accès est d’autant plus raide à monter!

A Speyer, le port de plaisance n’est qu’à quelques pas de la ville historique. Il a été pensé en tant que partie intégrante du cadre de vie avec de beaux immeubles de qualité qui l’entourent (avec de belles terrasses donnant sur le port). Ici on a compris que les bateaux de plaisance sont un élément essentiel à la vie du fleuve et à l’animation du cadre de vie, y compris pour tous ceux qui ne naviguent pas.

Port de plaisance de Speyer sur fond de cathédrale

Le port de plaisance de Speyer est à deux pas du centre-ville historique. Les tours de l’imposante cathédrale romane surgissent derrière les bâtiments résidentiels aux larges baies vitrées et spacieuses terrasses qui bordent le port.

La navigation est aussi ancienne que la civilisation. La navigation de plaisance n’est pas une lubie pour gens qui ont de l’argent à jeter par la fenêtre mais une façon de passer ses loisirs à la mode nomade. La résidence secondaire est passée dans les mœurs depuis longtemps. Un bateau n’est pas autre chose qu’une résidence secondaire capable de se déplacer et de s’installer dans un environnement toujours différent. Une sorte de camping-car qui glisse au fil de l’eau. Pourtant, bien des camping-cars modernes sont beaucoup plus chers que nombre de bateaux de plaisance. Passe-t-on son temps à regarder manœuvrer les camping-cars? Non. Par contre, les évolutions des bateaux sur l’eau ont toujours fasciné petits et grands.

Un tout nouveau bâtiment multi-fonctions: restaurant gastronomique, capitainerie et sanitaires pour le port.

Lorsque nous arrivons à Speyer, le tout nouveau bâtiment sur le port qui abrite un restaurant gastronomique, la capitainerie et les sanitaires, est ouvert depuis 15 jours seulement. « Gastronomique » n’est pas un vain mot. Nous y avons déjeûné et nous nous sommes régalés d’une cuisine fine et savoureuse qui n’a rien à envier aux meilleurs restaurants français. Ceux qui sont des adeptes du guide Michelin rouge savent que le nombre de belles tables a explosé en Allemagne, où il est possible depuis quelques années de faire de très belles découvertes.

Accès aux nouvelles installations sanitaires du port de Speyer

Accès aux nouvelles installations sanitaires du port de Speyer. Sur la droite le lecteur de code-barres qui vérifie que c’est bien un usager dûment enregistré qui veut pénétrer dans les lieux.

Quant aux installations hi-tech du port, bien des marinas françaises beaucoup plus chères seraient avisées de s’en inspirer. Mis à part la permanence à la capitainerie (joignable sur téléphone portable en dehors des heures de présence), tout le reste est automatisé et permet de limiter les coûts tout en offrant une prestation souple de bon niveau.


A son arrivée, chaque bateau reçoit par téléphone (ou à la borne d’information au ponton d’arrivée) un code pour sortir du ponton d’amarrage et se rendre au bâtiment principal. Plus exactement, la première étape consiste à se rendre à la caisse automatique du parking qui gère également les places de port. On y renseigne la taille de son bateau et son emplacement, le nombre de nuits et de personnes, etc. On paie la somme affichée et la machine délivre un reçu avec un code-barres valable pour le temps choisi. L’accès aux sanitaires et aux pontons depuis l’extérieur est contrôlé par la lecture optique du code-barres. Plus de clé à obtenir et à restituer… Le port est sous vidéo-surveillance. Sale temps pour les resquilleurs qu’on rencontre de temps en temps, qui profitent des installations des ports et partent à la cloche de bois au petit matin sans payer.

Speyer, ville d’histoire

Speyer ville d'histoire

Speyer ville d’histoire… Au petit matin, en allant chercher le pain frais…

Speyer (Spire en français) compte aujourd’hui environ 50 000 habitants. C’est une ancienne ville impériale, dont l’imposante cathédrale romane est l’un des monuments majeurs de l’art du Saint-Empire romain germanique. Pendant 3 siècles elle a été le lieu de sépulture de huit rois et empereurs allemands. Au XVe siècle, Speyer est un centre important de fabrication du drap. Elle devient aussi un centre pour l’imprimerie. En 1689, lors des guerres de succession du Palatinat, la cathédrale et la ville sont presque totalement incendiées par Ezéchiel de Mélac et les troupes françaises de Louis XIV. Dix ans après, les habitants sont autorisés à se réinstaller dans la ville détruite. Tous les bâtiments historiques sont construits lors de cette période, à partir de 1700, comme la mairie, l’église de la Trinité, la maison des marchands sur la place de l’ancien marché et de nombreuses maisons bourgeoises. C’est de cette époque que date l’aspect actuel de la ville historique de Speyer.

Gourmandise à la terrasse d'un glacier sur la grand-place de Speyer

Gourmandise à la terrasse d’un glacier (ils sont plusieurs) sur la grand-place de Speyer. La cathédrale romane à l’arrière-plan. Le bâtiment en partie masqué par la crème glacée est l’ancienne mairie.

Larguez vos amarres !

Speyer n’est quà 100 kilomètres environ de Strasbourg par le Rhin. Pourtant, nous n’avons pas rencontré beaucoup de pavillons français en chemin. Juste un ou deux en fait. C’est bien dommage. C’est une belle destination de sortie au départ de l’Alsace, surtout pour les nombreux bateaux fortement motorisés que nous avons vus sommeiller dans les ports plus en amont et qui sont parfaitement adaptés à la remontée du Rhin à contre-courant pour retourner à leur port d’attache. Les autres, comme nous, carresseront le Rhin dans le sens du poil en faisant une superbe boucle dans le sens inverse des aiguilles d’une montre: Rhin avalant jusqu’à Coblence, puis retour montant par la Moselle, la Sarre (des rivières canalisées et à faible courant bordées de paysages magnifiques) et le canal de la Sarre.